AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Tenebrae Malum réouverture du forum le 26.02.2013 (a) vous pouvez poster (a)
INFORMATIONS : le forum pour sa première intrigue à besoin de nés-moldus merci de bien vouloirs les privilégier (a)
JOYEUX UN MOIS a notre bébé (a) on vous aime (a)

Partagez | .
 

 ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Adrian G Dragomirov

PARCHEMINS : 41
ICI DEPUIS : 11/03/2013

MessageSujet: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   Dim 17 Mar - 2:55


one life, one chance, two lips, free falling
feat. Adrian & Anamarie

Mon dieu comment ce matin était incroyablement douloureux. Hier soir, avec les mecs on avait décidé de se faire un tournoi de poker et un de mes potes avait réussis à glisser du whisky purs feux à l’intérieur de l’école. Ne demander pas comment, mais depuis le début de l’année il nous demandait de l’inclure dans nos tournois de poker. Et pour prouver qu’il voulait réellement participer, il avait réussi à en faire entrer dans l’école seulement pour notre soirée. Si ce n’était pas un individu déterminer je ne savais pas ce que c’était. Mais, il n’en reste pas moins qu’on avait vidé tout ce qu’il avait apporté et ce matin ma tête se sentait comme si j’avais une bande de gnomes qui martelait dans ma tête. Avouer à quel point j’avais mal à la tête était plutôt difficile, mais le simple fait que je ne m’étais pas lever se matin pour le petit déjeuner et qu’on arrivait l’heure du diner et j’étais encore écraser dans mon lit la tête sous les couvertes en suppliant la terre de m’ensevelir. Un moldu aurait surement parlé de marteau piqueur, mais non dans mon cas c’était des gnomes de jardin qui piétinait mon cerveau.

Le repas allait être dans trente minutes quand Sofya ,une des filles de Vulcania avec qui je m’entendais bien, était entré dans ma chambre en martelant le sol de ces pieds. Je grognais en me tournant dos à elle. Mais elle avait d’autres plans en tête. Elle me jetait un verre d’eau à la tête. « Allez, tu te lèves et que ça saute! » Je grognais, mais Sofya était difficilement dérangé. Ce n’était pas la première fois qu’elle me ramassait dans cet état. Tout comme je l’avais, souvent ramasser après qu’elle est eux une mauvaise nuit avec un garçon. Elle en avait eu quelque un qui était plutôt possessif comme garçon. Bref elle était habituée a ce genre de situation quoi et elle n’était pas découragé. Déjà elle était en train de fouiller dans ma malle et en deux instants elle me lançait mon linge. « Tu te lèves et je te veux dans la salle à manger dans trente minutes comprises. Tu ne passes pas t’as journée dans ton lit parce que tu à pris une cuite magistrale la veille. » Depuis quand est-ce que ça voix était devenu si stridente dite moi? Mais je l’entendais déposer quelque chose sur ma table de nuit et finalement elle me laissait seule. Je savais pourtant que si je n’étais pas dans la salle à manger d’ici trente minutes elle serait à nouveau dans ma chambre pour me sortir de force. Alors je n’avais pas le choix aussi bien me lever sans être forcé et rouler en dehors de mon lit. Je me retournais sur le dos et regardais sur ma table de nuit quand je voyais ce que Sofya avait déposé. Une potion pour mon mal de tête. Elle était trop adorable cette fille. Je buvais la potion d’une gorgée et souriais.

Dix minutes plus tard, je traversais les couloirs en tentant de terminer de m’habiller. Ma baguette dans la poche arrière de mon pantalon, ma cravate autour du cou pas encore attacher. Je traversais les couloirs rapidement et finalement pour finir de me préparer j’entrais dans une salle de bain au premier étrange sans même regarder autour et me dirigeais vers le lavabo pour tenter de terminer ma préparation. Ce que le miroir me renvoyait comme images n’était pas ce qu’il était habitué d’envoyer. Mes yeux étaient clairement fatigués, mais au moins ils étaient surement plus clairs qu’ils ne l’étaient il y a vingt-cinq minutes. Ma chemise était mal boutonnée bien évidemment. Et j’avais les cheveux en bataille. Rien qu’une bonne poignée d’eau ne saurait pas arranger. Je soupirais et m’attaquais à nouveau à ma chemise. Du moins, j’allais m’y attaquer à nouveau quand j’avais entendu un rire. Un rire purement féminin. Je me retournais surprise et me retrouvais face à elle.


Depuis des mois j’avais une obsession, une obsession qui était à la fois dangereuse, mais si merveilleuse. Ce n’était pas un objet, mais une personne. Et elle était à la fois malsaine, mais aussi tellement intrigante. Tenté de même expliquer comment cette personne m’intriguait aurait été impossible. Tenter de le comprendre moi même aurait été impossible tout ce qu’il m’était possible de dire c’était que cette fille m’obsédait, que je ne savais pas pourquoi et que finalement elle était le devant moi à rire de ma tronche. Oui, c’était bel et bien de moi qu’elle riait. Ce jeune mystère d’Akheria était en face de moi à se moquer de moi. C’était une première c’était rare les filles qui se moquait de moi. Je devais avouer ce n’était surement pas la première fois qu’elle le faisait. Je haussais les sourcils en croisant les bras. « Puis-je savoir ce qui t’amuse Anamarie? »


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Anamarie Ioana Constantin

PARCHEMINS : 50
ICI DEPUIS : 02/03/2013
BAGUETTE : onze pouce, bois d'acacia, cendre de phoenix

MessageSujet: Re: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   Dim 17 Mar - 6:27

one life, one chance, two lips, free falling
Ce matin était commencé plutôt banalement. Comme tous les matins j’étais éveillée à l’aurore pour pouvoir, allez faire mon jogging habituel. J’étais sortie tranquillement de la salle commune d’Akheria pour ne pas risquer de réveiller ceux qui préférait faire la grâce mâtinée en ce samedi matin. Tous les matins, c’était la même routine qui reprenait de plus belle. J’enfilais mes vêtements de sport, je m’attachais les cheveux et j’attrapais ma baguette que je glissais dans ma couette. Et je sortais de l’école pour tranquillement commencer mon entrainement. Chaque matin c’était la même chose. J’étais toujours une des premières debout dans l’école et du moment où j’étais debout je sentais le besoin de me lever et d’aller courir. De nos jours c’était le moyen d’être le plus calme possible. Et souvent d’oublier les cauchemars, d’oublier que j’avais constamment peur. Bref en dehors de l’alcool où de consommer des drogues je suppose que j’avais trouvé la façon la plus saine possible d’oublier. Bien que parfois je me disais que le premier choix aurait pu être intéressant aussi. Mais à la place j’allais courir, je faisais le tour de Durmstrang, je longeais sa foret, parfois je me sentais plus aventureuse et y pénétrait. Bref je courais habituellement pendant environ une heure. Habituellement sur semaine après un entrainement je me lavais, me préparais, mangeais et allais en classe, durant la fin de semaine je me lavais et retournais me coucher pour une heure ou deux et me relevais au moment ou la plupart des gens commençais à être debout. Après j’en profitais pour allez déjeuner et passer quelque heure à lire. Et ce matin n’avait pas été une exception à toutes les autres. J’avais passé une mâtinée parfaitement banale. Mais, arriver l’heure du diner j’avais décider d’aller manger, mais c’est la qu’il y avait eu des complications. J’étais en train de me diriger vers la salle Sofia pour mon repas quand j’avais aperçu Jed… Je suppose que j’étais devenue livide parce que je m’étais arrêtée sur mes pas. Je m’assurais qu’il ne m’avait pas vue et entrait dans la première salle que je voyais histoire de me sauver. Il était la dernière personne que je voulais croiser dans les couloirs. Si j’étais entourée de quelques une de mes copines ça passait et j’étais capable de supporter. Surtout parce que dans ces moments-là je n’étais pas seule. Mais, aujourd’hui, j’avais eu la chienne, j’avais tout simplement eu trop peur, pour survivre, de devoir le croiser. J’étais étrangement entrée dans les toilettes des garçons, mais j’avais réussi à trouver un coin reculer pour pouvoir me reprendre, du moins pour pouvoir reprendre mes sens assez pour pouvoir entrer dans la salle à manger. Est-ce que j’allais un jour pouvoir entrer dans une même pièce que lui sans être terrifié? Surement pas non. J’étais écrasée dans un coin à tenter d’arrêter de trembler comme une fillette quand j’avais entendu la porte s’ouvrir. Je ne savais plus si je devais sortir de ma cachette ou si je devais y rester jusqu’à ce que l’intrus sorte des salles de bains. Je décidais finalement de sortir de là le plus rapidement possible sans être vue. Mais, à peine étais-je sortie de ma cachette que je tournais la tête vers le miroir et je restais surprise. Adrian Dragomirov, dans une allure tellement surprenante que j’en restais complètement surprise. Je me mordillais la lèvre en regardant la scène, mais je ne pouvais retenir les petits rires qui s’échappaient de ma gorge. Il se retournait vers moi et croisaient les bras. « Puis-je savoir ce qui t’amuse Anamarie? » Je me mordillais la lèvre pour tenter de me retenir, mais son allure était impressionnante. « T’as une mine horrible, tu sais? » Je réussissais à garder mon sérieux ce qui m’étonnait plus que tout, mais je devais réellement me retenir. Je me mettais la main devant la bouche en voyant sa chemise mal boutonnée. Désolé, mais imaginer le mec, il était toujours tellement fier qu’il était toujours bien habillé, il était toujours parfait, selon ces critères, et là il avait l’air d’un elfe de maison. Je n’avais qu’une chose à dire. P-A-T-H-E-T-I-Q-U-E!




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Adrian G Dragomirov

PARCHEMINS : 41
ICI DEPUIS : 11/03/2013

MessageSujet: Re: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   Lun 18 Mar - 1:59


one life, one chance, two lips, free falling
feat. Adrian & Anamarie

Ce matin était réellement infernal alors que je me regardais dans la glace et que je voyais à quel point j’avais l’air pitoyable. C’était tout simplement horrible dans le fond, je n’arrivais pas à croire à quel point j’avais l’air d’un sans-abri en se moment. Je ne devais pas encore avoir les esprits assez clairs encore. Je devais donc au moins tenter d’avoir l’air un peu plus présentable avant d’allez prendre le repas. Je me jetais un peu d’eau à la figure histoire de me réveiller plus facilement et aussi me dégommer. J’avais les traits fatigués, il n’y avait aucun doute là-dessus. Je ne pouvais pas le démentir. Mais au moins, l’eau froide m’avait éveillé un peu plus les sens. Avec le mal de tête qui en était à ces fins, l’eau avait tout simplement été réveiller le reste de mon corps. Et je n’avais pas à demander plus que cela. Ça bien sûr c’était jusqu'à ce que j’entende les pas dans la salle de bain ou je me trouvais. Me lever les yeux m’avait fait voir l’intrus, ou plutôt l’intruse. Une magnifique brune au regard cette fois pétillante comparativement à d’autres jours où elle avait l’air morne et tremblante. Quoique son teint n’était pas aussi foncé que d’habitude, mais en même temps

La voir en ce moment alors que j’avais l’air d’un sans abris. Tout simplement parfais si on pouvait se moquer de l’ironie du sort. J’avais la gueule de bois. J’avais probablement l’air d’un clown de service. Et j’étais face à mon obsession du jour. Cette fille dont les secrets me rendaient si curieuse que j’étais incapable de penser à autre chose. Assez pour que ma sœur se moque de moi. Et j’étais en face d’elle dans cet état-là. Oui j’avais surement l’air brillant en ce moment. Je soupirais en continuant de me battre avec ma chemise. Je devais avoir l’air d’un véritable champion dans le fond. Je tentais d’ignorer sa présence à elle et son petit rire qu’elle tentait définitivement de cacher. Je voyais bien qu’elle tentait de ne pas rire, elle tentait de se retenir par tout les moyens sauf que moi je m’en apercevais clairement que c’était exactement ce qu’elle voulait faire. Je soupirais bien entendu face à sa réaction, mais je finissais par lui demander quand même ce qui semblait tant lui donner envie de rire. Comme si je ne savais pas ce qui la faisait sourire comme ça. Sa réponse n’allait pas me surprendre plus que n’importe quel autre.

« T’as une mine horrible, tu sais? » Je la regardais surpris. C’était surement la chose la plus humaine qu’elle ne m’ait dit depuis le début qu’on se connaissait. Elle avait toujours agi ou réagis étrangement. Il n’y avait rien a faire elle était tout simplement trop étrange quand elle voulait. Et chaque petite réaction me surprenait toujours plus. Elle était toujours surprenante, peu importe ce qu’elle faisait. Elle était énervante et surprenante. Je n’arrivais jamais complètement à la suivre, mais c’était justement ce que je préférais par-dessus tout. Je la regardais encore une fois complètement surpris. Sans trop savoir quoi répondre je la regardais tentant de maladroitement de reboutonner ma chemise en tentant de lui répondre, mais elle continuait de sourire de la même façon et j’avouais que ça me déstabilisait complètement. Elle avait l’air presque narquoise, comme si elle avait autre chose à dire, autre chose à me déclarer quoi? Et si elle le faisait, ce serait pour se moquer de moi. Je soupirais à nouveau. « Okey arrête de te retenir et rit, dit ce que tu as à dire. » Après tout je n’avais plus rien d’autre à dire. Si elle devait rire aussi bien qu’elle le fasse immédiatement. Au moins après ce serait passer.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Anamarie Ioana Constantin

PARCHEMINS : 50
ICI DEPUIS : 02/03/2013
BAGUETTE : onze pouce, bois d'acacia, cendre de phoenix

MessageSujet: Re: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   Mar 19 Mar - 4:09

one life, one chance, two lips, free falling
La vie était un bordel qu’il était plutôt amusant à voir d’un autre œil quand ce dernier était possible. Je vous explique. Dans ma tête Adrian était cet homme arrogant, il était imbu de lui même. Il n’avait tout simplement aucune qualité dans mon esprit. Oh, sa sœur n’avait de cesse de me répéter comment il était gentil et doux, comment il était attentionné et protecteur. Mais, voyez-vous moi je n’ai jamais connue que deux coté au jeune homme. Tout d’abord celui du jeune homme un peu étrange et enfermer sur lui même qu’il avait été à l’âge de huit ans. Puis il y avait l’adolescent imbu de sa propre personne, arrogant et fier qui croyait que parce que monsieur était charmant pouvaient avoir toutes les filles qu’il voulait. L’était le problème je détestais ce genre de garçon de manières général. Ils ne m’avaient jamais réellement attirée. À l’époque Jed était exactement comme ça. Il n’avait pas été une menace pour moi avant le jour ou il s’en était pris à moi, mais depuis c’était comme si un sentiment de sécurité était à tout jamais parti. Ce n’était pas comme si on pouvait retrouver ce genre de chose en un claquement de doigt. Donc je me tenais éloigner d’Adrian comme de tous les garçons de cette école ce qui avait fait en sorte qu’Adrian qui était déjà obsédé par moi l’était encore plus. Mais en ce moment en avant de moi je n’avais pas l’obsédé, je n’avais pas l’Adrian imbu de lui même. J’avais un jeune adulte plein de défauts certes, mais pas du tout le même type de défaut que par le passer. Il était fraichement sorti du lit, pas tout à fait réveiller, mais assez pour être partiellement fonctionnelle, et il y avait une touche d’un autre. Mais, croyez-moi il était plus charmant qu’il ne l’avait jamais été. Il n’avait pas besoin d’être parfait, il n’avait pas besoin de penser qu’il était parfait. Il avait seulement besoin d’être lui pour avoir en fait l’air plus charmant que jamais. Mais cela n’empêchait pas que sa tronche en ce moment me donnait tout simplement l’envie de rire. Il était quand même assez rigolo en ce moment. Je ne sais pas pourquoi, mais il me donnait l’envie de mourir de rire vêtu de la sorte. Mais il m’avait enfin adressé la parole pour dire : « Okey arrête de te retenir et rit, dit ce que tu as à dire. » Je me mettais à rire sans vraiment le vouloir, mais ce qu’il venait de dire ne faisait tellement pas de sens que même cela en était drôle. Je riais, pour l’une des premières fois depuis des lunes, aux éclats. Je m’en tenais le ventre et je laissais sortir les fous rires qui me secouaient. Je tentais de m’arrêter, mais c’était beaucoup plus difficile que je ne le pensais. Je les retenais depuis un moment et là il me donnait l’occasion et la permission de me laisser allez. Je sentais les larmes couler sur mes joues tellement je riais alors que je tentais de prendre des grandes respirations pour me reprendre. Peu à peu, je me calmais et les éclats se dissipaient. J’arrivais à le regarder et seulement sourire. Je devais encore tenter de retenir les éclats qui naissaient encore dans ma gorge. Je savais que si je parlais j’allais reprendre de nouveau et c’est donc pour ça que je prenais le temps de bien me reprendre. Mais finalement, j’avais réussi à me reprendre complètement et je ne sentais plus des fous rires naitre dans ma gorge. « Je suis désolée, je suppose, que ce soit t’as tronche de gnome poilu qui m’a fait mourir de rire. » Je me moquais ouvertement du sorcier parce que c’était assez facile en ce moment. Il avait réellement une sale tête et qui avait vachement besoin d’un bon coup de peigne. Il avait deux cornes sur chaque côté de la tête et avait l’air d’un véritable diablotin. « Hum tu sais que tu as les cheveux en bataille hein? » Je souriais en lui rappelant son état du moment. Une chose qui était ma foi beaucoup trop facile en sachant qu’il avait réellement l’air d’un de ces vieillards qui dormait sous les ponts. Il n’avait en rien l’air du Petit Prince de Vulcania comme lequel il agissait généralement. Pour un garçon qui devait surement avoir des dizaines d’elfes de maison à ces ordres il avait pour une fois l’air d’une personne normale. Et étrangement c’était très rafraichissant. Je le voyais pour une fois dans ma vie comme une personne qui était comme vous et moi. Certes, moi et lui on était des sorciers, on avait tous les deux une baguette avec laquelle on était capable de faire des choses dont aucun moldu ne serait capable de rêver de faire. Mais le voir ainsi me rappelait qu’au final il était aussi humain que tous les autres. « Si tu veux je peux retourner où j’étais et tu me diras quand tu es présentable. » Je souriais en lui disant cela.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Adrian G Dragomirov

PARCHEMINS : 41
ICI DEPUIS : 11/03/2013

MessageSujet: Re: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   Mer 20 Mar - 9:19


one life, one chance, two lips, free falling
feat. Adrian & Anamarie

La sorcière d’Akheria était tout simplement magnifique quand elle souriait. Mais vous devriez la voir s’illuminer complètement quand elle riait de bon cœur. Quand elle riait réellement c’était comme si tout son regard devenait éclairer. J’étais même surpris d’avoir remarqué ce simple changement. Habituellement j’étais le dernier à remarquer ce genre de chose, tout comme je ne remarquais jamais à quel point quand ma sœur avait une coupe de cheveux. Ce genre de détail était étranger à mon regard. Des détails qui pouvaient vous mettre dans le pétrin quand vous ne vous y attendiez tout simplement pas. Mais pour une fois dans ma vie je remarquais et j’avouais que j’aimais bien ce changement. Ça me changeait soit de ce regard froid ou du regard ombragé par le passé. J’aimais bien ça, ça me donnait du nouveau et ça attirait ma curiosité encore plus que jamais. Une autre facette inconnue à la sorcière. Bon d’accord je trouvais qu’elle riait un peu trop à mon avis, et un peu trop longtemps aussi. Malheureusement, j’avais un peu trop de fierté et le fait qu’elle se moque de moi pendant si longtemps je devais avouer me faisait profondément mal.

Tranquillement elle se calmait et j’attendais impatiemment qu’elle le fasse. Mais j’avais autant de contrôle sur elle que n’importe qui quoi. Elle était incontrôlable et je devais donc tenter d’être patient. Ouais plus facile à dire qu’à faire au final. Mais finalement, elle s’était assez calmée de son fou rire pour être capable de parler le plus calmement possible. « Je suis désolée, je suppose, que ce soit t’as tronche de gnome poilu qui m’a fait mourir de rire. » Ma tronche de Gnome poilu hein? J’avais bien quelques mots que j’aurais préférés à ceux-là, mais je devais lui accorder que j’avais surement l’air des plus étrange. Et elle avait raison. J’avais réussi à remettre ma chemise en ordre. Malheureusement, je ne pouvais pas en dire de même de ma cravate ou de mes cheveux. Je soupirais et la regardais. J’étais un incompétent en matière de noeud de cravate. Mais mère avait tenté par tout les moyens de m’apprendre à les faire. Même avec une baguette malheureusement ce n’était pas si facile que cela. C’était même plus que cela j’étais tout simplement un incompétent. Chaque jour soit je rencontrais ma sœur avant le petit déjeuner pour qu’elle me la fasse ou bien Sofia le faisait. Je me demandais si j’avais le droit de le demander à Anamarie en ce moment. Moi et la jeune sorcière n’étions pas ce qu’on pourrait dire très proche l’un de l’autre. « Oui je suppose que j’ai l’air plutôt cocasse. D’où le fou rire de tout à l’heure. »

« Hum tu sais que tu as les cheveux en bataille hein? » Je reportais mon attention sur la sorcière en quelque seconde avant de regarder mes cheveux dans le miroir et je souriais. « Hum oui j’ai remarquer l’état de mes cheveux. Merci bien. » Elle avait encore l’air de vouloir se moquer de moi. Je l’avais autorisé tout à l’heure à se moquer, mais ce n’était pas comme si je voulais qu’elle continue. Pourtant elle avait l’air d’être sur une lancer et ça malheureusement ce n’était pas comme si je pouvais l’en empêcher. « Si tu veux, je peux retourner où j’étais et tu me diras quand tu es présentable. » Je haussais un sourcil surpris de sa manière de s’adresser à moi. Et bien dit donc, c’était tout simplement incroyable. Elle continuait de se moquer. Je lui lançais un regard amuser. « Dis donc c’est moi qui te mets de si bonne humeur pour que tu te sentes amuser par mon état? » J’ouvrais l’eau du robinet pour au moins tenter de rendre ma chevelure plus ou moins dompter. J’avais besoin d’une petite coupe et donc mes cheveux étaient un peu plus difficiles qu’habituellement à dompter. « J’avoue c’est plutôt plaisant de te voir si joueuse plutôt que comme étant une folle furieuse. » Quoi j’avais bien le droit de me moquer un peu? Je passais mes mains sous l’eau et les passés rapidement dans mes cheveux. Je savais que le simple geste ne serait pas tout à fait suffisant, mais au moins ça réparerait le plus gros des dégâts.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Anamarie Ioana Constantin

PARCHEMINS : 50
ICI DEPUIS : 02/03/2013
BAGUETTE : onze pouce, bois d'acacia, cendre de phoenix

MessageSujet: Re: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   Jeu 21 Mar - 2:59

one life, one chance, two lips, free falling
J’avais eux droit à mon fou rire et maintenant j’étais revenue a la normale. Enfin à la normale, c’était plutôt relatif, je ne crois pas que j’ai été normale depuis le jour de mes seize ans. Mais, cela ne m’arrêtait pas de tenter quand même. Mais le rire que j’avais eu avait été plutôt libérateur. Il avait permis de libérer une tension en moi. Je me sentais du coup beaucoup mieux que quand j’étais entrer cherchant un endroit ou me cacher. Il avait au moins servi à quelque chose aujourd’hui. C’était surement sa première bonne action qu’il avait commise en plusieurs semaines voir des années. Oui, mon opinion du sorcier n’allait certainement pas changer du jour au lendemain. À mes yeux il était arrogant, il était trop confiant et en plus il était vil et méchant. Il était un menteur aux belles paroles. Ce qui dans le fond je suis consciente ne changeait pas de ma vision des gens en général. On était tous des menteurs, aussi simples que cela. Chaque personne que je connaissais mentait au moins une fois dans sa journée voir plus selon les gens. Lui autant que les autres. Personne n’était réellement l’exception qu’il croyait être. « Oui je suppose que j’ai l’air plutôt cocasse. D’où le fou rire de tout à l’heure. » Je souriais. Il était étrangement supportable quand il était comme ça, comparativement a habituellement. Il n’avait pas cet air arrogant qui me donnait l’envie de lui foutre mon poing dans la gueule. J’aimais le Adrian que j’avais face à moi, il savait se moquer de lui même, il était intéressant et en plus il ne se prenait pas pour un autre. C’était tout simplement magnifique comme moment. Un moment que je ne pouvais décrire que comme étant tout simplement parfait quoi? Il me faisait sourire, il était réellement appréciable. Le voir sourire alors que je lui faisais la remarque à propos de ces cheveux en bataille. Soudainement, il était beaucoup plus intéressant d’apprendre à connaître le sorcier sous cet angle que si je devais tenter de le connaître sous sa forme naturel. « Oui je suppose que j’ai l’air plutôt cocasse. D’où le fou rire de tout à l’heure. » Je souriais d’un air narquois. Il avait raison, il avait l’air plus que cocasse même. Il savait se moquer de lui même. Ça, c’était une agréable surprise dans le fond. Je ne le croyais pas capable de se moquer de lui même. Je l’avais toujours cru un peu trop confiant, un peu trop arrogant pour être capable de ce genre de chose. Alors là j’étais tout à fait surprise. « Dit donc où est-ce que tu caches ce Adrian intéressant toi… je ne savais pas que ce côté de toi existait. Tu es réellement capable de te moquer de toi même? » Je n’avais pas été capable de contrôler mes propres paroles. Ma langue était soudainement déliée. Moi qui était habituellement beaucoup plus posée, qui ne parlait que très peu j’en avais dit beaucoup dans une seule phrase. C’était plutôt surprenant. « Dis donc c’est moi qui te mets de si bonne humeur pour que tu te sentes amuser par mon état? » Tient ça c’était une bonne question. Je ne savais pas trop pourquoi dans le fond j’étais autant amuser. Peut-être tout simplement que c’était parce que je venais de le surprendre dans un moment de la journée ou il avait tout simplement l’air plus humain quoi. Il avait l’air d’un sorcier comme vous et moi. Et je suppose… non, je savais, que c’était exactement cela. « Hum je suppose qu’on pourrait en arriver à cette conclusion. Mais, dit toi simplement que pour la première fois de t’as vie tu n’as pas l’air d’un imbécile heureux trop arrogant pour que je porte mon regard sur toi plus que deux fois. » Bon d’accord c’était méchant, mais il avait besoin d’être ramené sur terre. Je soupirais en entendant mes paroles, non visiblement pas comment je voulais que ça ait l’air. « Je suis désolée je voulais juste dire que pour une fois tu es comme nous tous… c’est plutôt rafraîchissant. » Voilà qui était mieux. Avec chance il oublierait rapidement mes paroles de plus tôt et se concentrerait sur ce que je venais tout juste de dire. Ouais, non là-dessus je n’étais réellement pas certaine. « J’avoue c’est plutôt plaisant de te voir si joueuse plutôt que comme étant une folle furieuse. » Je le regardais tout simplement surprise. Je ne sais pas complètement ce qu’il tentait de me dire là et je ne savais pas si je devais être insultée ou non. « Est-ce que je dois le prendre comme une insulte Adrian? » Je croisais les bras étrangement moqueurs. Habituellement, je n’aurais surement pas été moqueuse, impatiente non plus, mais bon je ne savais trop comment il fallait que je le prenne alors ont aurait pu dire que j’étais plutôt neutre. Je le voyais tenter de remettre ces cheveux en places et sa cravate. Je soupirais. Voilà un homme qui avait désespérément besoin d’une femme, mais qui était trop arrogant pour que l’une d’entre elles veuille l’endurer. Je me rapprochais me sentant plus courageuse que je ne l’avais été depuis des lunes. « Allez vient je vais t’aider ou tu ne seras jamais prêt en temps pour l’heure du repas. » J’ouvrais le robinet à nouveau et plongeais mes mains sous l’eau. Il avait tenté de remettre ces cheveux en ordre, mais visiblement ce n’était pas tellement réussi. Il avait encore un bon nombre de cornes qui étaient tout simplement affreuses. Une fois que mes mains étaient trempées, je m’attaquais aux cornes pour les aplatir rapidement. Par la suite, je les replaçais comme ils étaient toujours placés. « Ouais bah déjà tu ressembles moins à un troll. » Je souriais en le regardant. Ouais définitivement il se ressemblait beaucoup plus qu’il y a quelque instant quand il faisait presque pitié.




Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie   

Revenir en haut Aller en bas
 

ONE LIFE, ONE CHANCE, TWO LIPS, FREE FALLIN ft. anamarie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sortie cinéma: "It's a Free World !"
» ELF (Eyes Lips Face)
» ÉCLOSION DE FLEURS..LIFE OF FLOWERS SUBLÎME
» Envoie Fax avec Free de vos documents Généalogique
» Free Hugs ou câlins gratuits : samedi 3 septembre 2011 à Toulouse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tenebrae Malum :: Durmstrang. :: Rez-de-Chaussée.-
Les liens à ne pas manquer.
le Tumblr de WOF
notre INTRIGUE n°1